Tribunal militaire supérieur : comprendre sa fonction

Siège du Tribunal militaire supérieur, à Brasilia (DF).  Image : Archive/CNJ
Siège du Tribunal militaire supérieur, à Brasilia (DF). Image : Archive/CNJ

Vous avez certainement entendu parler du Tribunal Supérieur Militaire (STM) au journal télévisé, mais savez-vous ce qu’est cet organe fédéral de justice et quelle est sa compétence?

Dans ce texte, politisez ! explique ce qu’est la STM, quelles sont ses fonctions dans le domaine de la justice, quelle est sa structure organisationnelle et entre autres points pertinents.

Qu’est-ce que la Cour Supérieure Militaire ?

Existant depuis plus de 200 ans, la Cour supérieure militaire est issue de l’existence même de Forces armées. Il convient de souligner qu’il s’agit d’une institution qui conserve, même des années après sa fondation et la période de redémocratisationune grande partie de sa structure, tant dans son fonctionnement que dans les critères de sélection de ses membres.

Le tribunal militaire constitue le Justice militaire brésilienneavec siège dans la capitale fédérale et juridiction couvrant l’ensemble du territoire national (article 3 de la loi n ° 8457 du 4 septembre 1992), en plus d’être doté de quinze ministres nommés par le président de la République et approuvés par le Sénat.

C’EST responsabilité du MTS le jugement des appels et les recours contre les décisions des juges du premier degré, conformément à l’art. 124 de la Constitution fédérale.

En ce qui concerne le niveau de l’Etat, il est possible de créer une Justice Militaire d’Etat qui est constituée au premier degré par des magistrats et des Conseils de Justice, au second degré par la Cour de Justice.

En bref, le Tribunal militaire supérieur a la responsabilité d’agir en faveur du défense des intérêts institutionnels des Forces Armées concernant «aux biens protégés qui leur tiennent à cœur : hiérarchie, discipline et devoir militaire» (FILHO ; ZAVERUCHA, 2015).

Lire aussi : Forces armées et Constitution fédérale

Que fait la STM ?

Comme établi à l’art. 124 de la Constitution fédérale de 1988, il incombe au Tribunal supérieur militaire de juger « les crimes militaires prévus par le Code pénal militaire (CPM), ayant pour compétence principale les militaires des Forces armées et, dans certains cas, même les civils » (STM, sans date).

Dans cette optique, la STM est chargée de traiter et de juger les crimes militaires définis dans la loi précitée, laquelle « invoquée par la Lex Magna, est le Code pénal militaire promulgué en 1969 » (ROCHA, 2008), dont les articles 9 et 10 traiter des crimes militaires en temps de paix comme en temps de guerre.

De façon générale, la STM est une institution du Pouvoir judiciaire responsable de poursuivre et poursuivre exclusivement les crimes militairesbasée principalement sur des valeurs d’impartialité, d’éthique, de responsabilité sociale et de transparence.

Voir aussi : Que fait la STF ?

Comment est née la Cour Supérieure Militaire ?

LA Le premier tribunal militaire du Brésil a été institué par D. João VI le 1er avril 1808 et nommé comme Conseil suprême de l’armée et de la justiceétant le plus ancien organe de justice et tribunal supérieur du pays et toujours en activité aujourd’hui.

Basé à la Cour, le Conseil suprême militaire et de justice avait pour fonction de poursuivre les crimes de nature civile et militaire.en plus de maintenir un rôle consultatif pour les questions administratives de la Couronne portugaise, comme, par exemple, la reconnaissance des services de guerre.

malgré la Constitution de 1824 ayant été préparé dans l’année qui a suivi l’indépendance du pays, il n’a pas modifié le Conseil (ni même sa structure) et n’en a même pas fait mention au titre 6 de la Charte, qui faisait référence au pouvoir judiciaire. De cette façon, l’instance a continué à remplir ses fonctions comme avant.

Ce n’est qu’avec la promulgation de la Constitution de 1891 qu’il y a eu un changement significatif dans le corps. Dans ce contexte, la Cour militaire suprêmedoté des mêmes pouvoirs que le précédent Conseil et composé de quinze membres (appelés « ministres ») : huit de l’armée, quatre de la marine et trois juges.

Plus tard, avec la Constitution de 1946, le nom a été changé en ce que nous connaissons aujourd’hui : Tribunal Supérieur Militaire (STM). Ainsi, avec l’introduction de la nouvelle terminologie, la STM voit son autonomie et son indépendance conquises, malgré que sa structure soit composée pratiquement des mêmes membres précédents.

Qui sont les membres du Tribunal Supérieur Militaire ?

Investiture de Luis Gomes Mattos (président) et Péricles Queiroz (vice-président) du conseil d'administration de la STM, en mars 2021.
Investiture de Luis Gomes Mattos (président) et Péricles Queiroz (vice-président) du conseil d’administration de la STM, en mars 2021.

L’établissement est composé de quinze ministres qui sont nommé par le Président de la République après avoir traversé Approbation du Sénat fédéral.

Parmi les quinze sièges, dix sont destinés à des officiers militaires ayant une carrière active et occupant de hautes fonctions, répartis comme suit : trois officiers généraux de la Marine, quatre officiers généraux de l’Armée de terre et trois officiers de l’Armée de l’Air.

Les cinq autres ministres qui composent le Tribunal militaire sont choisis parmi les civils ayant plus de dix ans d’activité professionnelle : trois sièges sont réservés aux avocats ayant une notoriété de connaissances juridiques, un est destiné à un juge auditeur et, enfin, le dernier la vacance appartient à un membre adhérent du Ministère Public Militaire.

Alors, avez-vous pu mieux comprendre la structure de la Cour supérieure militaire ? Laissez votre avis ou question dans les commentaires !

Références:

★★★★★