TSE confirme la candidature de Lula et l’inclusion des Pros. Seul l’enregistrement PTB est en attente

São Paulo – Hier (8), le Tribunal supérieur électoral (TSE) a accordé à l’unanimité l’enregistrement de la candidature de Luiz Inácio Lula da Silva (PT) à la présidence de la République. La plénière a également approuvé le nom de Geraldo Alckmin (PSB) comme suppléant, dans la Brésil de l’espoir, en plus de la déclaration dite de régularité des actes du parti (Drap). De plus, l’inclusion des pros dans la coalition a été confirmée – le parti avait même sa propre candidature.

La coalition comprend deux fédérations de partis. L’un regroupe PT, PCdoB, PV et la Fédération Psol/Rede. L’autre compte cinq autres partis : Solidarité, PSB, Agir, Avante et Pros. Concernant l’inclusion de ce dernier sous-titre, le ministre rapporteur, Carlos Horbach, a rappelé que, mardi dernier (6), le TSE a ratifié l’annulation de la convention qui, le 31 juillet, avait lancé les candidatures de Pablo Marçal et Fátima de Souza, à la présidence. et les vices. Simultanément, la plénière a approuvé l’adhésion des Pros à la coalition Brasil da Esperança. Après des conflits internes, Eurípedes Gomes de Macedo Júnior a été reconduit à la tête du parti. Dans de nouvelles conventions, les Pros ont décidé de ne plus avoir leur propre candidat à la présidentielle et de soutenir Lula.

une demande refusée

Le ministre rapporteur du TSE a également estimé que les demandes de contestation de la candidature de Lula étaient infondées. Tous les ministres ont suivi le vote. Ainsi, selon Horbach, Lula et Alckmin remplissent les « conditions d’éligibilité » prévues dans la Constitution et dans la législation électorale, sans aucune raison légale qui empêche les candidatures.

Une seule demande d’enregistrement a été refusée par le TSE : celle de l’ancien député fédéral Roberto Jefferson. Pour le remplacer, le PTB a nommé le père Kelmon, mais la situation est toujours en suspens.

Hier également, les secrétariats judiciaire et informatique du TSE ont validé le système de candidatures (Cand) pour le président et le vice-président. Selon le tribunal, à ce stade, les photos et les informations sur les candidats qui apparaissent dans la machine de vote électronique sont visionnées et vérifiées. S’ils sont validés, ils feront partie des fichiers à inclure dans les sondages et dans le système de vote.

★★★★★