TSE dément un accord présumé avec les forces armées pour une « enquête parallèle »

São Paulo – Le Tribunal supérieur électoral (TSE) a nié ce lundi (12), dans un communiqué de presse, l’existence d’un accord avec les forces armées pour permettre un accès différencié aux données des résultats des élections de cette année. Hier le journal Un journal a déclaré que le président du TSE, le ministre Alexandre de Moraes, « aurait cédé aux militaires », garantissant l’accès aux « dossiers bruts de la totalisation » des votes. En outre, le rapport indique que les militaires disposeraient de données « en temps réel » sur le nombre total de votes.

« Le Tribunal supérieur électoral informe, en ce qui concerne le calcul des élections de 2022, qu’il n’y a eu aucun changement par rapport à ce qui a été défini au premier semestre, ni aucun accord avec les forces armées ou les entités de tutelle pour permettre un accès différencié en temps réel au données envoyées pour la totalisation du processus électoral par les TRE, dont l’accomplissement relève de la compétence constitutionnelle de la Justice électorale », indique la note.

Folha a également déclaré que l’armée enverra des photos du code QR des urnes au Commandement de la cyberdéfense de l’armée, à Brasilia, qui effectuera un « travail parallèle de comptage des votes ». Selon le rapport, la conférence se composera de 385 bulletins de vote.

Pourtant, ce matin, le TSE a précisé que le décompte des voix à partir de la somme des bulletins de vote (BU) est possible « il y a plusieurs élections ». La nouveauté cette année est la publication en ligne des BU, « pour un accès large et sans restriction à tous les organismes de contrôle et au grand public ». « Indépendamment de cette possibilité, comme il y a plusieurs élections, tout intéressé peut se rendre dans les bureaux de vote et ajouter librement les BU d’une, dix, trois cents ou toutes les urnes », a souligné le TSE.

Lisez la notice :

Le Tribunal supérieur électoral informe, en ce qui concerne le calcul des élections de 2022, qu’il n’y a eu aucun changement par rapport à ce qui a été défini au premier semestre, ni aucun accord avec les forces armées ou les entités de tutelle pour permettre un accès différencié en temps réel aux données envoyé pour la totalisation de l’élection par les TRE, dont l’accomplissement est la compétence constitutionnelle de la Justice Électorale.

Le TSE réitère les informations largement diffusées en juin dernier (https://www.tse.jus.br/comunicacao/noticias/2022/Junho/nota-de-esclarecimento-contagem-simultanea-de-votos-ja-e-possible) sur le dépouillement des votes, à partir de la somme des BU, étant possible pour plusieurs élections et que pour l’élection de cette année, la nouveauté de la publication des urnes sur le World Wide Web a été mise en place, après la fin du vote pour un accès large et sans restriction de toutes les entités d’inspection et le grand public.

Indépendamment de cette possibilité, comme il y a plusieurs élections, tout intéressé peut se rendre dans les bureaux de vote et additionner librement les BU d’un, dix, trois cents ou de tous les bureaux de vote.

répercussions

la question de Feuille a ravivé les inquiétudes concernant le discours de coup d’État de Bolsonaro. Depuis des mois, il utilise l’armée pour éveiller des soupçons infondés sur la fiabilité du système électoral brésilien. Après le démenti par le TSE de cette prétendue nouvelle attaque contre les urnes, le terme « Forces armées » est resté quelques heures entre le sujets tendances (sujets les plus discutés) sur Twitter. Des journalistes, des intellectuels et des hommes politiques se sont exprimés sur le sujet.

Le journaliste et professeur Ricardo Pereira a accusé Folha d’avoir commis un «ventre» en annonçant le prétendu accord entre le TSE et les forces armées. Dans le jargon journalistique, le « ventre », c’est quand un véhicule publie de fausses informations, en raison de failles dans son enquête. Le député fédéral Ivan Valente (Psol-SP) a qualifié la note du TSE de « très correcte », niant tout accord avec les militaires.

Malgré le démenti, l’écrivain Marcelo Rubens Paiva a souligné le « roulis » dans lequel s’est engagée la société brésilienne, en acceptant la participation des militaires à la supervision des élections. C’est le ministre Luis Roberto Barroso, en septembre dernier, alors qu’il était président du TSE, qui a invité les militaires à participer. Le but allégué était de réduire la possibilité de contester les résultats du scrutin.

★★★★★