Uribe sur la sécurité démocratique

Depuis le moment où le ministre de l’Éducation, Alejandro Gaviria, a annoncé que les établissements d’enseignement disposeraient du rapport de la Commission vérité, les membres du Parti du centre démocratique ont insisté sur le fait que ce document était une forme de « endoctrinement » des enfants et que ce n’est qu’une partie de l’histoire.

Dès aujourd’hui, les séances pédagogiques ont commencé dans différentes écoles sur le matériel de la Commission Vérité, cependant, dans le même sens, l’ancien président Alvaro Uribe Vélez réalisations ci-jointes de la sécurité démocratique dans ses périodes de gouvernement et joint une image du texte dans lequel ce qui suit est spécifié :

« Le modèle de sécurité : Ce modèle a pris fin être utile aux intérêts des secteurs politiques et des secteurs des élites économiques dans la guerre. C’est un modèle qui est plus axé sur la protection des biens que sur celle des personnes », lit-on dans une des pages de la Commission Vérité.

Par la suite, l’ancien président a déclaré que, « Ce que la Commission vérité a dit n’est pas vrai. Nous joignons ci-dessous quelques réalisations de sécurité démocratique », a écrit l’ancien président Uribe sur son compte Twitter.

Ainsi, dans le texte partagé par Uribe, on peut lire que la Commission Vérité ment lorsqu’elle affirme que le modèle de sécurité de l’État « cherche à défendre les biens et non les personnes », arguant que votre document n’est pas vrai.

Ainsi, dans la lettre, ils ont joint « les réalisations en matière de sécurité sous le gouvernement Uribe (2002-2010) ». Voici les chiffres publiés par la communauté :

  • Homicides : de 28 837 cas en 2002 à 15 817 en 2010, soit une réduction de 13 020 cas.
  • Meurtre de syndicalistes : de 196 cas en 2002 à 15 en 2010, il a été réduit de 181 cas.
  • Meurtre de journalistes : de 15 cas en 2002 à un en 2010, il a été réduit de 14 cas.
  • Enlèvement : de 2 882 cas en 2002 à 282 en 2010. Il a été réduit de 2 600 cas. Les enlèvements contre rançon sont passés de 1 708 cas en 2002 à 75 en 2010, soit une réduction de 1 633 cas.
  • Massacres : de 115 cas enregistrés en 2002 à 10 en 2010, 105 massacres ont été évités.

À la fin du document, ils ont ajouté « nous aurions voulu zéro ». Votre position ferme est contraire à ce qui est indiqué dans le rapport de la Commission Vérité, parce qu’il y est raconté un grand nombre d’histoires dans lesquelles des actes de violence terribles sont mis en évidence pour cette époque. De plus, il est indiqué ce qui suit :

« En 2002 et en seulement quatre ans, Les FARC avaient augmenté de 150 %, l’ELN de 94 %, les groupes d’autodéfense de 273 % et le recrutement de mineurs était à son plus haut. Les FARC-EP avaient des fronts autour de Bogotá, Medellín, Cali, Carthagène, entre autres. Les enlèvements massifs, les incendies de camions et les postes de contrôle avaient paralysé en dehors de ces villes, avec de graves impacts sur l’économie », précise la Commission Vérité.

Ils ont également ajouté que « la promesse de rétablir la sécurité dans le pays servait Álvaro Uribe pour construire un large consensus autour de la guerre ce qui s’exprimait même dans le fait que les personnes possédant le plus grand patrimoine payaient l’impôt sur le patrimoine, destiné à l’effort militaire, pour lequel 800 millions de dollars ont été collectés à travers leurs gouvernements.


★★★★★