Vote Halter : une limite dans l’histoire de la démocratie brésilienne

« Les prochaines élections… en licou », caricature de Storni, revue Careta, 19 février 1927, p.14.
« Les prochaines élections… en licou », caricature de Storni, revue Careta, 19 février 1927, p.14.

Le vote est l’un des principaux instruments qui régime démocratique au Brésil, par lequel l’électeur choisit des représentants qui prendront des décisions dans le but de garantir le bien-être de la société et le maintien des institutions et des droits voisins. Cependant, notre histoire présente des formes qui ne représentent pas ces principes, comme la vote licou.

Avez-vous déjà entendu parler de « vote licou“? Pas encore? Oops! Alors vous êtes au bon endroit !

Pour commencer, passons à la définition la plus élémentaire de ce qu’est un vœu de licou. Selon le glossaire électoral du TSE : « Il est dit du vote donné par l’électeur aux candidats inculqués par un chef politique ou un chef électoralsans l’électeur – appelé ‘licou électeur‘ – sachez exactement pour qui vous votez ou pourquoi vous votez.

Si vous êtes toujours confus, enregistrez cette définition et laissez Politize ! vous aide à comprendre le sujet plus en détail, continuez à lire et nous continuerons à montrer le contexte historique et son fonctionnement.

Voir aussi notre vidéo sur ce qu’est une démocratie !

L’histoire du vote au Brésil et son processus de transformation

Avant d’entrer dans la discussion sur le vote licou, il est nécessaire de donner un aperçu de la façon dont le vote s’est développé au Brésilen ne considérant ici que les périodes Coloniale, Impériale, Ancienne République et Estado Novo, qui suffisent déjà en termes de comparaison.

Pour ceux qui veulent connaître plus en détail, en passant par la période de la Dictature et de la Redémocratisation, Politisez ! Le texte « Histoire du vote au Brésil » est la base du résumé suivant.

Période coloniale et impériale

A l’époque coloniale, de 1532 – avec la première élection au conseil municipal – jusqu’en 1821, les votes se faisaient uniquement au niveau municipal, sans partis politiques, ouverts et seuls les hommes libres pouvaient voter. À l’époque impériale (1822-1889), en plus des municipales, il était également possible d’élire des députés et des sénateurs et le vote devenait censitaire, c’est-à-dire seules quelques personnes pouvaient voter, et le critère utilisé était le revenu annuel, et en général il s’agissait d’électeurs masculins de plus de 25 ans. Les femmes et les esclaves sont restés sans droit de vote.

L’Ancienne République et le Nouvel État

Avec la proclamation de la République, le 15 novembre 1889, le présidentialisme a été adopté, dans lequel un chef de l’exécutif fédéral (président de la République) a été élu. Bien que, n’avait pas encore le droit de vote universel, c’est-à-dire, indépendamment de la classe sociale, du revenu, du sexe, de l’éducation, entre autres.

Voir aussi notre vidéo sur ce qu’a été la proclamation de la République !

En ce sens, dans cette première période, connue sous le nom de « Vieille République », il y avait encore une série de restrictions sur qui avait droit de vote: les femmes, les autochtones, les moins de 21 ans et les analphabètes, par exemple, ne pouvaient pas participer au processus de sélection de leurs représentants. Aussi c’est à cette époque que le vœu de licol a été mis en évidencedont nous verrons dans le sujet suivant comment cela a fonctionné.

Avec l’arrivée de Getúlio Vargas à la présidence (1930 – 1945), le système politique, économique et social subit une série de transformations. Son entrée en fonction est marquée par la « Révolution de 30 », qui correspond à la fin de la « República do Café com Leite », caractérisée par l’alternance au pouvoir présidentiel par les élites du Minas Gerais et de São Paulo.

Parmi les principales caractéristiques qu’il faut comprendre ici, c’est que le processus électoral est devenu plus complet, avec la création du Tribunal électoral supérieur (TSE) et les Tribunaux Électoraux Régionaux (TRE), en plus du droit de vote des femmes et du vote secret qui étaient assurés.

Découvrez également notre vidéo sur les droits des femmes !

Un moment important du gouvernement Vargas qui mérite d’être souligné est la période connue sous le nom de « nouvel État » (1937-1945), au cours de laquelle clôture du congrèsun suspension des élections et le abolition de la Constitution de 1891avec pour objectif de rompre avec les élites traditionnelles restées au pouvoir.

D’autre part, il y a eu des réactions contre ces actions et des pressions pour mener à bien nouvelles élections, ainsi qu’une nouvelle constitution. Avec l’institution de la nouvelle Constitution, en 1934, une série de droits ont été garantis, tels que les droits du travail et l’expansion de la participation politique, entre autres.

República Velha et Coronelismo: la mise en place du vote licou

Après avoir brièvement compris l’histoire du vote, revenons à la période dite de « l’Ancienne République », car c’est à partir de là que nous expliquerons la vote licou. Comme on a pu le voir plus tôt, il n’y avait pas de système électoral définitif avec des règles et respectant le processus démocratique, comme l’actuel. Dès lors, d’autres formes de choix des représentants ont prévalu et la fraude a prédominé.

Lire la suite : Système électoral : quel est le meilleur pour le Brésil ?

Dans son livre classique sur la littérature politique au Brésil, « Coronalismo, houe et vote : La municipalité et le régime représentatif au Brésil », dont la première édition a été publiée en 1948, Victor Nunes Leal détaille le phénomène du « coronalismo » et comment il explique le processus politique de l’Ancienne République. Pour l’auteur, Coronelismo :

« […] c’est avant tout un compromis, un échange de bénéfices entre la puissance publique progressivement renforcée et l’influence sociale déclinante des chefs locaux, notamment les propriétaires fonciers. Il n’est donc pas possible de comprendre le phénomène sans référence à notre structure agraire, qui sert de base au maintien des manifestations du pouvoir privé encore si visibles à l’intérieur du Brésil » (p.44).

A cette fin, l’auteur insiste sur relation de dépendance des travailleurs locaux, qui travaillent pour les propriétaires terriens (ou colonels, dans la figure des chefs locaux), dans un contexte de forte concentration foncière qui a mis en évidence les inégalités avec la précarité que vivaient les dépendants. En ce sens, cette populationvit dans l’état le plus lamentable de pauvreté, d’ignorance et d’abandon. Devant elle, le ‘colonel’ est riche» (p.46).

En plus de décrire la situation précaire de ces travailleurs ruraux, l’auteur décrit la manque d’accès à l’information pour créer une prise de conscience politique, augmentant leur dépendance vis-à-vis des colonels :

« Totalement analphabète, ou presque, sans assistance médicale, ne lisant ni journaux ni revues, dont il se borne à voir les chiffres, le travailleur rural, sauf cas sporadique, a le patron en compte de bienfaiteur. Et c’est de lui, en effet, qu’il reçoit les seules faveurs que connaisse son existence obscure.» (p.47).

Par conséquent, ce pouvoir économique a été converti en pouvoir politique dans ces lieux.

Donc, pour l’auteur, à propos des travailleurs : «il serait illusoire de prétendre que ce nouveau paria était conscient de son droit à une vie meilleure et se battrait pour celui-ci avec l’indépendance civique. La logique est celle à laquelle nous assistons : sur le plan politique, il se bat avec le « colonel » et pour le « colonel‘” (p.47). Dès lors, on peut comprendre comment s’est opérée la manipulation des votes, qu’en plus de ce manque d’information, il y ait eu des dépenses électorales qui étaient nécessaires, et que les chefs locaux eux-mêmes ont financées :

« Sans argent et sans intérêt direct, l’agriculteur ne ferait pas le moindre sacrifice à cet égard. Documents, transport, logement, repas, journées de travail perdues et même vêtements, chaussures, chapeaux pour le jour des élections, tout est payé par des mentors politiques soucieux de leur qualification et de leur assiduité » (p.57). Dans ce contexte, pour l’auteur, il est « parfaitement compréhensible que l’électeur de la campagne obéisse à l’orientation de ceux qui paient tout, et avec insistance, pour accomplir un acte qui leur est totalement indifférent » (p.57).

Lire aussi : Coronelismo : comprendre le concept

Comment a fonctionné le vote licou et à qui sont allés les votes ?

Comme nous l’avons vu, les colonels ont utilisé leurs pouvoirs économiques pour exercer le pouvoir politique à leur place, appelés « corrals électoraux ». Avec un tel pouvoir entre leurs mains, et comme le vote était ouvert, ils pouvaient manipuler leurs personnes à charge pour voter pour qui ils nommaient.

Ainsi s’est organisée ce qui est devenu la « politique des gouverneurs », qui fonctionnait comme une entente majeure entre les gouvernements, du palier municipal au palier fédéraloù l’un ne s’immisçait pas dans les élections de l’autre et, par conséquent, s’aidait mutuellement à rester au pouvoir.

Dans ce système, les colonels étaient fondamentaux, car ils s’assuraient que leurs « corrals électoraux » votaient pour les candidats qui les soutenaient. Ainsi, dans les municipalités, il y avait un soutien pour l’élection des gouvernements des États et ceux-ci soutenaient les gouvernements fédéraux. Dans ces accords, les colonels ont également maintenu leur influence locale.

Avons-nous encore ce genre de vote aujourd’hui?

Malgré plusieurs avancées importantes dans notre système électoral, établissant une plus grande transparence et sécurité dans le processus démocratique, il est encore possible de voir des nouvelles de tentative d’escroquerie punies par la Justice Électoralecomme, par exemple, les « examens », qui sont des tentatives d’influencer les électeurs à proximité des bureaux de vote le jour du scrutin, ou encore l’achat de voix, qui se produit lorsque les électeurs échangent leurs votes contre des avantages individuels (argent, emploi, matériaux de construction, etc.) .

Lire aussi : Loi électorale : la démocratie en échec

Cependant, il convient de délimiter notre objectif ici pour comprendre comment le le vote licou a dominé un moment historique pendant l’Ancienne République et quels éléments ont contribué à cet événement. D’autre part, cela nous aide aussi à comprendre comment voter est un droit politique important être garanti dans un système démocratique et exercé sans aucune forme de coercition au profit d’un candidat.

Alors, avez-vous aimé ce contenu ? Avez-vous compris le vœu de licol? Si oui, continuez à suivre Politize! d’approfondir leurs connaissances sur divers sujets liés aux politiques. Au plaisir de vous retrouver dans les prochains textes ou ceux qui sont déjà disponibles sur notre site. Bonnes études !

Références:

★★★★★