Y a-t-il de la place pour l’humanisme numérique aujourd’hui ? – Revue USP

Gilson Schwartz commente un livre de Christian Fuchs, dans lequel il introduit la proposition d’un humanisme numérique. Mais y a-t-il une place aujourd’hui pour cet humanisme ?

Par Sandra Capomaccio

La société contemporaine, de plus en plus numérisée, a-t-elle besoin d’une philosophie particulière ? Peut-être une philosophie morale. C’est la proposition du livre le plus récent de l’un des chercheurs et critiques les plus respectés d’Internet et du capitalisme lui-même, Christian Fuchs.

Il introduit maintenant la proposition d’un humanisme numérique, qu’il définit comme une contribution à la philosophie morale de la société numérique. Y a-t-il place pour l’humanisme ? Est-il possible d’empêcher que les gens soient considérés comme des machines et que les machines soient considérées comme des personnes, comment la pensée critique est-elle possible pour comprendre les technologies numériques qui façonnent de plus en plus la société, façonnent l’humanité ?

Où cette numérisation va-t-elle nous mener ? Cette société numérique, ces dernières années, a montré une tendance croissante à dominer l’autoritarisme, le nationalisme, l’autoritarisme, y compris les discours de haine qui circulent de plus en plus. Le parti pris autoritaire est souvent implicite dans l’algorithme, des idéologies circulent sur internet, sur les réseaux sociaux et, dans ce contexte, une atteinte à la science, à la recherche de la vérité, à l’information de qualité.

Les fake news, les fake news influencent les résultats électoraux, dominent la politique au quotidien, on parle même de politique post-vérité, tout cela est traité dans ce livre, qui traite aussi de sujets qui dérangent beaucoup de monde : les robots, intelligence artificielle, art de la machine.

Comme cette technologie nous place désormais dans un métaverse, où travail, consommation, loisir, prise de décision, santé et éducation, tout est conditionné à ces mécanismes automatiques et à la prise de décision que sont, en fait, des robots propulsés par l’intelligence artificielle.

Dans ce contexte, la surveillance numérique est également partout, les caméras sont partout, ces caméras sont utilisées à la fois par les gouvernements et les entreprises qui veulent de plus en plus contrôler l’esprit du consommateur, la sphère publique est pratiquement devenue quelque chose de branlant.


économie
La colonne économie, avec le professeur Gilson Schwartz, diffusé tous les lundis à 8h30 sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

★★★★★